Devenez élève à Poudlard, et choisissez dans quel camp vous allez combattre
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Présentation Fallen [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Présentation Fallen [terminé] Dim 16 Déc - 21:57

Nom : connu que de Fallen
Prénom: connu que de Fallen
Âge : +/- 250 ans (vampire) 19 ans (physiquement)
Race : vampire
Sa famille : n'a plus de famille vivante

Description physique.
Fallen est de taille moyenne, plus ou moins 1m60, des cheveux habituellement noirs forts longs, mais la teints en auburn et coiffés en chignion avec une chaine en perles noirs pour les décore, suit à une mission précédente, des yeux gris et un visage gracieux, on dit d'elle que c'est une belle 'jeune" femme, jeune étant un euphémisme. Fallen est souvent habillée de vêtements en cuirs, mais elle peut aussi mettre des robes quand la situation l’exige.

Description mental.
Fallen a un caractère exécrable et rebelle, et encore, je suis gentille en disant cella. Elle est têtue, allergique aux ordres, colériques, sans aucun sens morale, elle n'hésitera pas à se servir des autre pour arriver à ses fins, mais quand elle donne sa loyauté elle ne la retire pas, à moins qu'elle n'estime que la personne qu'elle sert lui a manqué de respect, alors qu'elle ne respecte pas grands mondes. Les deux seuls personnes qu'elle a respectée sont mortes à l'heure actuelle. Fallen ne supporte pas la maltraitance envers les enfants et les alcooliques, du fait d'une expérience personnelle. La vampire est courageuse et casse-cou, elle adore grimper sur des surfaces presque lisses et gravir toutes sortes de tours, il n'est pas rare de la voir au dessus de la tour d'un clocher ou d'un château.

Histoire.
Prologue
Fallen, jeune vampiresse a acceptée de nous témoigner son histoire personnelle, dramatique et poignante, avec une touche de rebellisme comme il faut.
N'en rajoute pas trop non plus, ma vie n'est pas exceptionnelle du tout, c'est juste la vie d'une vampiresse qui se respecte, rien de plus, rien de moins.
Euh ... oui bien sur, je ne voulais pas vous contrarier...
soupire Continue avant que je ne perde patience, je commence à avoir un petit creux. Trois jours à voyager sans arrêts et sans manger ça creuse, donc fait ça vite et bien.
Excusez moi ... Bon reprenons et bonne lecture.

Chapitre 1
Nuit de Décembre 1762.
La neige tombe sur Invernesse depuis plusieurs jours maintenant, nimbant de blanc le paysage et faisant la joie des enfants, et un peu moins celle de leurs parents ou des passants qui doivent luter contre la neige à chaque instants. C'est avec sa paysage comme fond et dans une petite maison à trois étages qu'est né Fallen, dans la douleur comme chaque accouchements, mais aussi dans le sang et la mort, car c'est bien connut, lorsqu'une vie s’éteint une autre s'allume, et cette fois ce fut la mère de Fallen qui donna sa vie pour sa fille vive.
La sage-femme tient le ballot gigotant, en l'honneur Fallen, avant de la déposer dans les bras d'une jeune servante avant de s'occuper de la dépouille sur le lit, avant de demander à la servante de porter l'enfant à son père et de faire mander une nourrice pour s'occuper de l'enfant, si l'enfant passe l'hiver bien sur. La père de Fallen reçus sa fille dans ses bras avant de demander.
Et ma femme?
La jeune servante se mordit la lèvre avant de lui annoncer la triste nouvelle.
color=white]Elle n'a pas survécu mon Seigneur, je suis désolé[/color]
Le père de Fallen resta prostré un instant avant de dire, son énervement allant croissant, jusqu'à exploser.
Vous montez! Laissez moi voir ma femme!
Il aurai empoigné la servante si la paquet gigotant et hurlant dans ses bras ne l'en avait pas empêché. Mais ses cris rameutèrent la maisonnée qui s'éparpillèrent dans tous les sens comme des poules effarouchés, jusqu'à ce que le Seigneur de la maison ce fut calmé. Il s'assit lourdement sur une chaise en regardant avec amertume le petit paquet dans ses bras, pensent que si sa fille n'était pas la sa femme elle serrai toujours la, mais la vie est ainsi faites. Le Seigneur de maison regarda son majordome et lui dit.
Fait mander une nourrice, j'assumerais cette enfant
color=white]La sage-femme a déjà pris la décision d'en faire venir une mon Seigneur[/color]
Bien. Elle portera le prénom de sa mère pour que chacun ici se souviens d'elle.
Le Seigneur de maison posa son paquet dans les bras d'une servante avant d'aller à son bureau, pour "apaiser" sa peine.
Suite à cette nuit, l'enfant grandit, sans affections autre que celle de sa nourrice et de quelques servantes, en voyant rarement son père, saoul du matin au soir.

Chapitre 2.
21 Juillet 1779
Fallen atteint l'âge adulte avec une éducation stricte et très peu d'affections, sans doutes ce qui a forgé son caractère et son dégoût des alcooliques. Elle avait décidé depuis plusieurs jours déjà de partir et de monter elle même son commerce, malgré sa condition de "faible et idiote" femme qui faisait fois à l'époque. La jeune femme termina de boucler ses valises avant de regarder la petite chambre dans laquelle elle avait dormit, tous ses maigres souvenirs. Elle s'approcha de sa commode et prit entre ses doigts un pendentif au bout duquel pendait une boule faites d'argent et de bois, cadeau qui lui avait offert son meilleur amie quand il a su son départ. La jeune femme la passa à son cou et elle prit sa valise à la main avant de sortir de la chambre, escortée par des servantes qui essayaient de la dissuader de partir, de se comporter en jeune fille bien élevé, ce qui fait enrager Fallen. Elle s'arrêta brusquement et dit, froidement.
Quelle éducation de jeune fille bien élevée ais-je eu? Un père qui passe ses journées à boire et à dilapider son argent afin d'oublier la mort de ma mère. Est-ce cella votre définition d'une jeune fille bien élevée?
La servante bredouilla un "non madame" avant de tordre son tablier entre ses mains, tandis que la gouvernante de Fallen ajoutait.
Comment osez-vous, après tous ce que votre père a fait pour vous?
Fallen éclata de rire avant de dire, un sourire jusqu'aux oreilles.
Vous avez toujours eu un certains sens de l'honneur, chère gouvernante, aussi grand que votre aveuglement. Mon père n'a jamais rien fait pour moi que de permettre que je vois le jour. Depuis que je m'en souviens, il reste dans son bureau à boire et à maudire le jour ou je suis née, souffrant de me voir. Il n'a aucunes affections pour moi et c'est réciproque.[b]
Elle reprit son chemin en disant.
Je quitte cette maison avant qu'elle ne s'effondre sur moi ou que mon "père" ne se décide à me marier contre mon grès, et vous devriez en faire de même.

Fallen leur fit un signe d'adieu avant de descendre les marches du grand hall et de sortir de la maison avant de monter dans la calèche qui l'attendait. Fallen annonça sa destination au cocher et ils se dirigèrent vers le port, direction Londres.

Chapitre 3.
Cella fait maintenant plusieurs mois que Fallen se trouve à Londres. Elle a réussie à monter sa firme de transports maritimes et elle s'est élevée dans la classe sociale de Londres, allant souvent au bal au palais royal, collectionnant les courtisans et les poètes en mal d'amour. Si son père la voyait il s’étoufferait dans son whisky de mauvaise qualité.
Ce fut quelques jours après ses 19 ans que Fallen rencontra un homme charmant et qui faisait sa pâmer toutes les femmes autour de lui, mais Fallen, elle, l'ignora superbement pour commencer, le trouvant fade et sans attraits, elle se cachait simplement la vérité qui s'imposait, elle se languissait d'amour pour cet homme et n'osait se l'avouer. Un soir, alors que Fallen dansait avec un vieillard irascible, mais qu'elle considérait comme son grand-père, que l'homme étrange vint à l'énième bal de la Reine, habillé avec ses plus beaux vêtements et les plus en vogue à l'époque. La danse fini et Fallen retourna avec son "grand-père" à une table, dégustant un verre de champagne, quand l'homme étrange l'invita à danser d'une voix mélodieuse. Fallen le jugea par dessus son verre avant de soupirer en disant.
Je suppose que vous ne me laisserez pas tranquille tant que vous n'aurez pas eu votre danse?
Pointe de sarcasme et d'ennuis dans sa réponse.
C'est exact. Et je suis ravie de vous ennuyer, ma Dame.
Pointe de moquerie dans sa voix et sa position.
Fallen plissa les yeux avant de poser son verre et de dire.
Belle réplique, vous aiguisez ma curiosité. Généralement les hommes fuient quand je leur parle sur se ton, mais vous non. Vous m'intriguais.
Fallen se leva et prit la main tendue de l'homme, qui sourit et lui répondit.
Il faut un début à tous ma Dame
Vous ne pouvez si bien dire...
Fallen et son partenaire se trouvèrent sur la piste de danse et une valse de Vienne commença. Fallen se fit la réflexion que son partenaire de danse dansait vraiment bien, elle se demandait si lui aussi se faisait la même réflexion. De son côté l'homme observait Fallen et la trouvait très belle, assez belle pour figer à jamais sa beauté, et son caractère bien trempé lui plaisait, son propre maitre manquait de ça, et une telle recrue mettrait un coup de fouet aux autres. Leur danse finie, les deux "jeunes" gens retournèrent ensemble et parlèrent tout le long du bal, Fallen ravie de rencontrer un marchand qui est près à négocier ses produits avec elle afin de les envoyer dans le reste du monde.
Le lendemain soir Fallen avait rendez-vous avec son associer afin de négocier avec lui une cargaison, Fallen trouvait ça étrange de le faire de nuit mais elle s'en contenterait. Un bruit la fit sursauter et elle scruta les ténèbres avant de sortir une dague de sa ceinture et de chercher la source du bruit. Le bruit recommença un peu plus loin et un objet tomba quand soudain une chose poilue et velue surgi entre ses jambes en miaulant piteusement. S'était un petit chaton qui s'arrêta près d'elle, tout tremblant et craintif, miaulant piteusement de faim. Fallen se pencha sur le chat et le caressa avant d'être récompensée par un puissant ronronnement pour une se petite bête.
Et bien petit chat, tu as perdu ta mère? Moi aussi, elle est morte à ma naissance et mon père passe ses journées à boire du mauvais whisky, c'est pour ça que je suis partie de chez moi. Et toi?
Silence.
Fallen rigola avant de dire.
Suis-je bête, tu es un chat, tu ne sais pas parler, et encore moins me répondre dans ce cas
Qui sait ce qu'il vous dirait si il pouvait répondre?
Fallen se retourna en sursautant, sa dague en main avant de reconnaitre son associer. La chat s'enfuit suite à sa mouvement et Fallen le regarda partir avec tristesse. Elle se releva, rangea sa dague dans sa ceinture et elle toisa son associer, les poings sur les hanches.
Et bien bravo, vous avez fait fuir mon nouvel ami, j'espère que vous êtes fière de vous?
L'homme écarta les bras de dépit avant de dire.
Veuillez m'excuser, je mettrais tous en œuvres pour le retrouver, vous avez ma parole.
Il posa la main sur son cœur avant de s'incliner, faisant soupirer Fallen.
Bien, mettons-nous au travail alors.
Fallen marcha de long en large avant de dire.
Bien, grâce à mes deux bateaux, les premiers d'une longue série, je peux envoyer vos produits, de la laine écossaise c'est ça? Dans les Colonies. Laissez moi vous rappeler que les Colonies sont en proie à la révolution, et que de ce fait vos marchandises pourraient être brûlés par les Patriotes, mais je suppose que vous le savez déjà?
Elle termina son monologue en regardant l'homme devant elle, qui lui répondit.
Tous ça je le sais déjà, et ne vous en faites pas, ma marchandise arrivera à bon port, je peux vous l'assurer. J'ai des amis hauts placés dans les Colines, ils ne permettraient jamais qu'une telle chose n'arrive.
Fallen le regarda avec scepticisme, elle en avait entendu des hommes d'affaire dire ça, mais elle ne rajouta rien, tendant juste la main pour sceller leur accord. L'homme la lui serra et ils discutèrent des modalités de voyage pour la cargaison, tandis que l'aube pointait, l'homme salua Fallen et s'en alla, lui disant qu'une bonne "journée" de sommeil lui ferrait du bien. Fallen acquiesça et elle prit un chemin différent, de toute manière ils avaient rendez-vous dans la soirée, à la même heure.
Rentrée chez elle, Fallen soupira avant d'aller s'allonger sur son lit, la nuit avait été longue et elle avait besoins de sommeil, surtout que son associer lui avait demandé de le retrouver à la même heure, donc elle ferrait encore une nuit blanche. Et ce jusqu'au 14 Janvier 1781.

Chapitre 4.
Fallen marchait dans la neige en pestant, s'était bien beau la neige, mais qu'est-ce que ça glissait, surtout que pas mal de monde étaient passés par la ces derniers temps, et que la neige était devenue de la boue. Tout en lorgnant les étal du marché, Fallen se disait qu'il était temps que le printemps arrive, ce qui ne se ferrait pas avant le 21 mars. Elle attendait les premiers jours de chaleur avec impatience, n'ayant jamais aimé l'hiver. Fallen tourna à l'angle d'une rue avant de débarquer sur l'artère principal et de s’engouffrer dans une herboristerie afin d'acheter des plantes contre le rhume. Quand elle eut fini dans l'herboristerie elle passa chez le boucher pour prendre de quoi se nourrir ainsi que son petit pensionnaire, le chaton. Elle avait trouvé le chaton sur le pas de sa porte, bien emmitouflé dans une couverture et posé dans un panier, avec un petit mot de son associer sur le panier qui disait.
"Ce chaton s'était enfuit lorsque je suis arrivée et vous ais fait sursauter, je vous avais promis de tous mettre en œuvre pour le retrouver, donc chose promise, chose due.
Votre associer et serviteur"

Fallen rentra bien vite chez elle se mettre au chaud et à l'abri, ensuite elle s'occupa de son chaton. Elle vivait seule et elle n'avait pas envie d'avoir d'autre compagnie que celle de son chaton, en plus ainsi elle n'avait personnes avec qui se disputer, ce qui était très bien vu son caractère. Fallen avait encore rendez-vous le soir avec son associer, à croire qu'il ne vivait que la nuit, ce qui faisait jaser les gens, certains disaient que s'était un monstre de la nuit, un nosferatu, comme le diraient si bien ces étrangers. Pour Fallen il aimait tout simplement travailler la nuit, certaines personnes étaient comme ça et elles n'étaient pas des "nosferatu" pour autant, elles se sentaient tout simplement mieux la nuit, mais pas Fallen, d'ailleurs elle lui parlerait de ses horaires à elle.
La journée passa sans heurts, Fallen remplissait l'éternelle paperasse avant de se préparer pour son rendez-vous d'affaire, même si elle serrai bien restée chez elle, oppressée par un étrange pressentiment, surtout que des meurtres étranges et brutaux avaient lieux la nuit depuis quelques jours, ce qui ferrait que Fallen ne s'attarderait pas. En sortant de chez elle, Fallen remonta sa capuche sur sa tête et elle se dépêcha de marcher vers son premier entrepôt, sachant qu'elle en avait acheté un autre il y a quelques jours. Un bruit dans une ruelle sombre sur sa droite la fit sursauter, suivit de gémissement et de gloussement, certainement une prostituée et son client, ou deux amants, mais elle parierait plus sur la prostituée et son client que sur les amants. Elle continua son chemin en évitant la boue et les trottoirs glissants, préférant la route, moins glissante et boueuse. Un cris horrible la fit soudain stopper, ce cris venait de la ruelle ou se trouvait la prostituée et son client. Fallen s'arrêta et se fit bousculer par une ombre fuyante et hurlante. Elle tomba dans la neige et se trouve nez à nez avec du sang, une grande quantité de sang, qui venait de la ruelle et se prolongeait quelques mètres plus loin, la ou une forme gisait, morte. Fallen se releva et se prépara à fuir quand un second cris la figea, celui de la prostituée. Fallen regarda autour d'elle en appelant à l'aide mais personnes ne venaient, au mieux les gens fermaient leurs volets et leurs portes et fenêtres à double tour. Fallen pesta contre ses lâches et n'écoutant que son courage elle courut vers la ruelle, sa dague en main. Peut être l'agresseur serrait-il surpris de la voir et prendrai la fuite? Mais elle en doutait.
En arrivant devant la ruelle, Fallen essaya de percer les ténèbres, mais elle ne vit rien, qu'une forme prostrée et geignante, de l'agresseur il n'y avait aucunes traces. Fallen avança dans la ruelle et appela la prostituée, une jeune femme de son âge.
Excusez moi. Vous allez bien?
La prostituée sursauta à sa vue avant d'essayer de dire, malgré le sang dans sa bouche.
Fuyez ma dame, la bête va revenir! Elle nous mangera toutes les deux! Fuyez!
Fallen regarda autour d'elle, elle ne voyait rien, pas de bêtes.
Il n'y a rien ici à part nous deux. Venez, nous devons vous trouver un médecin.
Fallen s'approcha de la prostituée et elle l'aida à se relever, la portant plus sur son épaule qu'autre chose. Elles sortirent de la ruelle et à la lumière des lampadaires, Fallen vit l'étendue des blessures sur la prostituée, elle ne pourrait plus jamais faire ce qu'elle fait amochée comme elle était. Son visage semblait avoir était griffé par des griffes énormes, ayant emporté l’oie droite et déchiré la lèvre du côté gauche. Une trace de morsure ornait son épaule gauche, comme si son agresseur s'était servie de ses griffe pour tenir son visage tandis que ses crocs se plantaient dans son épaule gauche. Fallen détourna le regard et porta son lourd fardeau, geignant faiblement avant d'entendre un bruit dans la ruelle, suivit d'un grognement. Fallen déglutit avant de demander.
La chose qui vous a attaqué ressemble à quoi?
A un loup sur deux pattes ma dame, et très grand, très haut.
Fallen jura et continua son chemin, elle devait mettre le plus de distance entre elle et la chose dans la ruelle. En jetant un regard derrière elle, elle vit une patte énorme et griffue sortir de la ruelle, bientôt suivit d'un museau, reniflant. Après le museau sortit une tête énorme, un peu comme celle d'un loup mais différente. La tête se tourna vers elle et le regarda, avant de retrousser sauvagement les babines. La chose sortit complètement de la ruelle et Fallen crut qu'elle allait mourir de peur, ce n'était pas un animal qui se tenait devant elle, mais un monstre tout droit sortit des légendes et des comptes. Fallen déglutit avant de continuer son chemin, suivie par le chose qui se rapprochait, lentement en savourant surement la traque. Fallen regarda la prostituée et lui dit.
Écoutez moi, je vais attirer cette chose, vous allez vers le port, un ami à moi m'attend près d'un entrepôt, racontez lui tout et dites lui de venir aussi vite que possible! Compris?
La prostituée hocha la tête et Fallen la lâcha, la regardant tituber sur ses jambes, mais quand Fallen la poussa dans le dos, elle courut très vite vers le port. La chose voulut la poursuivre mais Fallen avait prévu le coup, elle lui planta sa dague dans l'épaule, et l'enfonça jusqu'à la garde, avant de s'enfuir dans une ruelle opposée au port, poursuivie par la chose en colère. Fallen ramena ses jupes d'une main et elle tourna à l'angle de la ruelle, glissant dans la boue. Mais si elle glissait, la chose aussi devait glisser.
De son côté, la prostituée courrait malgré ses blessures, et elle atteignit le port avant de chercher la monsieur que la dame lui avait dit, il devait se trouver près d'un entrepôt. Elle vit un homme faisant les cents pas devant un entrepôt et elle boitilla vers lui en criant.
A l'aide monsieur, à l'aide monsieur! La gentille dame va se faire tuer par un monstre! Venez vite!
L'homme regarda la prostituée avant que ses narines ne frémissent, il avait sentit l'odeur ferreuse du sang. Il accourut vers la prostituée et reconnut la forme caractéristique des blessures, elle venait de se faire attaquer par un loup-garou, et le deviendrait sous peu, tuant à son tour. Il l'aurait bien tuer si son histoire ne l'avait intriguait.
A quoi ressemble la dame qui vous a aidé?
Il était pressé, aussi la prostituée lui répondit aussi vite qu'elle put, malgré sa respiration difficile.
Elle avait une capuche monsieur, mais j'ai vue de longs cheveux noirs et des yeux gris, il me semble.
La prostituée n'en dit pas plus tandis que l'homme courait en disant qu'elle ne bouge pas de la, qu'il reviendrait avec la gentille dame. Il sauta sur un toit du sol et il continua sur les toits serrés, cherchant l'odeur de son ennemi, et si il le trouvait, il trouverait Fallen.
De son côté, Fallen se cachait derrière un étal du marché, sentant la chose tout près qui la cherchait. Elle espérait que son associer la trouverait vite. Elle tourna la tête à droite et vit soudain celle de la chose, qui semblait sourire. Fallen hurla et se jeta sur la côté, mais des griffes empoignèrent le bas de sa robe et tirèrent, l’amenant peut à peut vers les crocs écumants de baves et de sang. Fallen s'accrocha à l'étal et elle tira dans le contre sens, espérant ainsi que la bas de sa robe se déchirerait. Un craquement lui répondit et sa robe se déchira sur le bas. Fallen en profita pour se lever et courir vers une ruelle forte étroite, espérant ralentir la chose. Elle allait atteindre la ruelle, quand un homme surgit devant elle, il n'y était pas un instant plus tôt, et son esprit lui dicta qu'il devait avoir sauté d'un toit. Fallen leva les yeux vers le visage de l'homme et reconnut son associer. Elle se cacha derrière lui et dit.
Attention, cette chose est dangereuse, elle attaqué une prostituée et a tué un homme.
L'homme lui répondit d'une voix froide et calme.
Je n'ai pas peur de cette "chose".
L'homme n'en dit pas plus et sortit une épée de son fourreau, pas la petite épée d'apparat, mais la grosse épée lourde et tranchante. Fallen ne l'avait pas remarqué mais il devait la cacher sous sa cape. L'homme se dirigea vers la chose en question et la défia du regard. La suite fut floue pour Fallen, comme dans un rêve, ou plutôt un cauchemar. L'homme jeta tout son poids sur la chose, qui commença à reculer, tandis que l'homme souriait et que Fallen n'en croyait pas ses yeux. L'homme souriait car s'était un jeune loup-garou, il en aurait vite fini, ensuite il devra s'occuper de Fallen et de la prostituée, l'une avant qu'elle ne s'enfuie, et l'autre avant qu'elle ne devienne l'un de ses monstres. Fallen vit soudain un arc étincelant avant de voir la tête de la chose voler dans les airs et atterrir près d'elle. Elle ne lui lança pas un regard et recula, l'homme qu'elle considérait comme son ami et son associer venait d'achever cette chose en un tour de main. Elle le vit se pencher sur la cadavre de cette chose et retirer le poignard de Fallen du corps du loup-garou. Il se tourna ensuite vers Fallen, le poignard en main et les yeux rouges. Fallen ne savait pas si elle devait encore le considérer comme un humain ou croire les rumeurs sur son compte, mais en tout cas il lui semblait soudain étranger et effrayant. L'homme s'avança dans sa direction et Fallen recula, jusqu'à buter contre le bord du trottoir et tomber sur ses fesses. Elle ne e la massa même pas et regarda l'homme avancer dans sa direction, avant de se sentir soulever comme si elle était aussi légère qu'un nouveau-né. L'homme la tenait à son col et la jugeait de ses yeux redevenus normaux. Il allait parler quand un bruit le fit se tendre et il pencha la tête sur le côté comme si il écoutait quelque chose que Fallen ne pouvait entendre, même en tendant l'oreille. L'homme lâcha Fallen et prit son arme en main avant de scruter les ténèbres.
Fallen entendit un bruit derrière elle et elle se retourna, voyant arriver deux monstres identiques à l'autre, mais différent dans la couleur des poils et la taille, ils étaient beaucoup plus grand que celui qui gisait au sol. Entre eux marchait un homme, même si Fallen doutait de sa nature d'homme. Le groupe s'arrêta devant eux et l'homme jeta un regard à la carcasse avant de le tourner vers l'homme qui avait tué le loup-garou. Celui-ci s'était mis devant Fallen, dans une attitude protectrice. L'homme entre les deux monstres prit la parole, forçant à l'écoute.
Tu as tué l'un des nôtres, vampire.
Il avait dit le mot "vampire", avec une certaine amertume.
Tu connais le faible traité de paix entre nos deux peuples et pourtant tu l'as tué. Et pourquoi?
L'homme, ou plutôt, la vampire devant Fallen prit la parole.
Ton petit chien enragé à tué plus de monde en quelques nuits que n'importe lequel d'entre nous ici. Il a voulut tuer ma protégée, je n'ai fais que défendre ce qui est mien. Tu connais nos lois Marcus, j'ai le droit de défendre ce que je considère comme mien, et tu n'as rien a y dire
Si elle est tienne, pourquoi ne porte t'elle pas plus profondément ton odeur? Pour moi elle sent plutôt le sang et la peur, avec un peu de ton odeur et de la notre.
Fallen ne savait pas de quoi ils parlaient, les mots "vampires", "loups-garous", et autre étaient inconnus pour elle. Le vampire à côté d'elle sourit de toutes ses dents et Fallen vit que ses canines du dessus étaient légèrement plus longues et pointues que la normale. Ensuite il dit en jaugeant Marcus.
Ne t'en fait pas pour ça Marcus, je vais régler ce petit soucis aujourd'hui même, ainsi je suis sur que plus aucuns de tes larbins n'essayera de la tuer.
Il prit Fallen par le poignet, comme une enfant punie, et allait partir quand il rajouta.
Au fait, ton petit chien enragé en blessé une prostituée, pas besoins de te dire ce qu'il va se passer pour elle ... Elle se trouve au port, près des entrepôts, si tu court vite peut être qu'elle serra encore en vie, qui sait?
Il ne dit plus rien, chargea Fallen sur son épaule comme un paquet de patates et il sauta sur un toit proche, avant de passer de toits en toits, Fallen ballotée en tous sens et la respiration coupée. Elle essayait de parler, de râler, de jurer, mais elle n'y arrivait pas. Quand le voyage fut fini, elle se trouvait devant chez elle. Le vampire la posa au sol et lui dit.
Va chercher des affaires, nous quittons la ville.
Fallen reprit son souffle en se tenant les côtés avant de dire.
Pas question que je prenne quoi que se soit, c'est chez moi ici, vos affaires ne me concernent en rien
Détrompe toi, tu es dans le collimateur de Marcus à présent, et il n'aura de cesse de te traquer. Tu as blessé l'un des siens et il le saura, crois moi. Alors même si tu as sauvé la jeune prostituée, qui est à présent une louve-garou, il n'empêche qu'il te tuera pour ton crime.
Fallen se mit soudain à crier.
Je n'ai commis aucuns crimes! Cette chose allait tuer une innocente jeune femme et je n'ai fais que la défendre! Compris?!
Le vampire haussa les épaules avant de dire.
Va donc dire ça à Marcus. Je suis sur qu'il t'écoutera...
Le vampire croisa les bras sur sa poitrine et attendit. Voyant qu'il ne fléchira pas, Fallen ouvrit la porte de sa maison et entra, suivie d'un vampire. Ils furent accueillis par le chaton qui se frotta aux jambes de sa maitresse, heureux de la retrouver. Fallen le prit dans ses bras et enfuis son nez dans sa fourrure. La voix du vampire la fit tressaillir.
La ou nous allons il ne peu nous suivre.
Fallen haussa les épaules avant de répondre.
Il viendra.
Elle s'éloigna, le chaton toujours à bras. Elle le posa sur un fauteuil et alla dans sa chambre en disant.
Je vais me changer et prendre quelques affaires.
Fallen ferma la porte et s'appuya contre, les yeux dans le vague. Elle aurait dormit si elle l'avait pu, mais elle doutait que le vampire la laisserait faire. Elle soupira donc et se changea avant de prendre quelques affaires et de les mettre dans une besace en cuir. Elle noua ses cheveux en chignon et elle sortit de la chambre. Le vampire était assis dans le fauteuil et jouait avec le chaton en utilisant une plume pour écrire. Il se leva en voyant Fallen prit sa besace et se dirigea vers la porte. Fallen prit le chaton à bras, se dirigea vers l'entrée et prit une cape sur le porte-manteau avant de l'enfiler et de mettre le chaton dans sa capuche. Le vampire soupira et sortit, suivit de Fallen.
Il se dirigea vers la grande porte et sortit de la ville en glissant quelques mots et quelques pièces et portier, qui devint tout blanc, ouvrit la porte et accepta les pièces, avant de fermer la porte derrière eux dès qu'ils furent passés. Fallen suivit le vampire sur la route jusqu'à une petite maison avec une écurie sur le côté, ou était mis à l’abri un magnifique étalon noir aux yeux doux. Fallen le regarda en passant avant d'attendre que le vampire ait ouvert sa porte. Il s’effaça pour laisser entrer Fallen et ensuite il se dirigea vers plusieurs pièces, ramenant des armes et des vêtements. Il passa derrière une porte et la ferma derrière lui, Fallen en déduisit qu'il allait se changer pour le voyage. Fallen regarda autour d'elle, la vampire devait vivre ici de temps en temps, mais ce ne devait pas être sa maison de tous les jours, bien qu'elle douta qu'il en ait une. Quand il revint, elle était en train de caresser son chaton qui ronronnait. Le vampire avait mit des vêtements de voyage et il prit une besace et son épée avant de sortir sceller son cheval, qui piaffait d'impatience. Fallen le suivit et le laissa l'aider à monter en scelle. Il attacha les besaces à la scelle tandis que Fallen arrangeait ses jupes sous elle. Il la regarda faire avant de dire.
Je t'achèterais des vêtements plus adapté au voyage qui nous attend et tu devras sans doutes te travestir pendant le voyage.
Fallen acquiesça, trop fatiguée pour répondre quoi que se soit et le vampire monta en scelle à son tour, avant de lancer son cheval au galop sur la route. Fallen se retourna une dernière fois pour observer Londres puis elle regarda droit devant elle.

Chapitre 5.
10 Janvier 1781
Le voyage dura de longues semaines, presque un mois, et le jour il fallait trouver un abri pour le vampire. Ils reprenaient la route au soir et jusqu'à l'aube. Fallen comprit la fin de leur voyage en voyant que le vampire se dirigeait vers une maison de style Victorienne. Le vampire s'arrêta devant le maison, descendit et aida Fallen a en faire de même. La porte s'ouvrit et un serviteur, suivit d'un jeune garçon arrivèrent pour s'occuper du cheval. Le vampire entra, suivit de Fallen. Il posa ses affaires par terre puis une servante arriva et lui demanda si elle pouvait lui être d'une quelconque aide. Le vampire lui demanda de conduire Fallen dans une chambre et de s'occuper d'elle jusqu'à son retour. Il ressortit et Fallen l'entendit s'éloigner au galop. La servante la guide à travers les couloirs jusqu'à une chambre luxueuse, ensuite elle sortit en s'inclinant. Fallen s'assit sur le lit et laissa le chaton descendre de sa capuche. Il se frotta contre sa main en ronronnant avant d'aller s'allonger sur un oreiller pour faire sa toilette avant de piquer un petit somme. Fallen se passa une main sur le visage tandis qu'une jeune servante entrait. Elle aida Fallen à se dévêtir et l'emmena dans une autre pièce ou Fallen prit un bon bain en soupirant d'aise. La jeune servante l'aida à sortit, la sécha et l'habilla. Ensuite elle la conduisait en bas ou un repas lui fut servit.
Trois jours plus tard, le vampire revint et dit à Fallen.
J'ai vue mon maitre, si tu veux rester tu dois devenir comme moi. Je te laisse jusqu'à demain pour te décider, si c'est non tu iras de ton côté et jamais plus tu ne me reverras, mais pense que Marcus ne ta pas oublié.
Fallen acquiesça et lui promit d'y réfléchir. Elle dina en présence du vampire, qui ne mangea rien et joua plutôt avec sa nourriture. Fallen lui fit la remarque que s'était mal élevé de jouer avec la nourriture, ce qui lui valut un regard blasé, le vampire n'en avait rien à faire. Fallen se retira dans sa chambre après cella et elle passa le nuit à réfléchir, soit elle devenait comme le vampire, soit elle passait sa vie à fuir Marcus et les siens, pour un crime qu'elle n'avait pas commis. Elle pesa le pour et le contre et se leva avant d'enfiler sa robe de chambre afin d'aller demander de plus amples information au vampire. Elle sortit de sa chambre et cherche un serviteur, qui lui dit que le Maitre se trouvait dans sa bibliothèque. Fallen remercia le serviteur et se dirigea vers la bibliothèque. Elle y entra et trouva le vampire assit à une table, près de la fenêtre, en train de lire un livre. Il leva les yeux en la voyant entrer et la regarda venir vers lui, vaguement intrigué. Fallen s'arrêta près de lui et demanda.
Je veux en savoir plus sur les vampires avant de prendre une décision.
Le vampire la regarda avant de poser son livre sur la table en face de lui et de l'inviter à s'assoir près de lui.
Pose tes questions.
Fallen lui posa toutes sortes de question. Oui les vampires et les loups-garous son ennemis. Oui il y a bien un traité de paix entre eux, fragile mais il est la. Non les vampires sont morts une fois la transformation effectuée. Oui les loups-garous ne renonceront jamais à traquer Fallen. Oui il y a plusieurs vampires et loups-garous dans le monde. Et oui il y a un maitre aux vampires, tout comme Marcus et le chef des loups-garous. ET oui c'est bien le Dracula cité dans les livres.
Un long silence accueilli les paroles du vampire et Fallen se leva avant de sortir en remerciant le vampire pour ses réponses. Elle avait pris sa décision et elle s'en tiendrait, jamais elle ne laisserait les loups-garous l’attraper. Fallen savoura sa dernière journée au soleil et le soir venu elle annonca au vampire qu'elle était prête à rejoindre les vampires.
Je ne veux pas que les loups-garous me prennent, et je veux pouvoir continuer de faire mes affaires sans regarder toujours derrière mon dos
Tu regarderas toujours derrière ton dos, mais au moins tu serras plus forte contre les loups-garous.
Le vampire se leva et lui fit signe de le suivre. Elle le suivit dans une pièce ronde. Une pièce avec une porte épaisse et des barreaux aux fenêtres. Il lui expliqua que les jeunes vampires sont sauvages et sanguinaires, que la porte et les barreaux sont la pour l'empêcher de fuir. Fallen acquiesça et le vampire ferma le volet. Ce fut dans cette pièce que Fallen devint une vampiresse.
20 Janvier 1781.
Fallen était dans cette pièce depuis si longtemps, enfin c'est ce qu'il lui semblait. Peut à peut ses souvenirs lui étaient revenus. La porte s'ouvrit et le vampire, son maitre, entra dans la pièce et l'observa avant de sortir une clé de sa poche et d'ouvrir les chaines à ses poignets. Fallen se les massas, reflex de son ancienne vie, et elle se leva avant de suivre l'autre vampire dans les escaliers puis dans les couloirs de la maison. Ils arrivèrent dans le hall et le vampire lui présenta l'homme qui patientait dans le hall.
Voici notre maitre à tous, Dracula. Il est venu t'accueillir.
Le vampire s'approcha de Fallen, qui plissa les yeux et recula, refusant qu'il la touche.
color=red]Doucement la, je ne suis pas un petit animal que l'on caresse pour le féliciter.[/color]
Le maitre de Fallen se confondit en excuse tandis que Dracula éclatait de rire en disant que Fallen avec vraiment un mauvais caractère. Il passa une partie de la nuit avec eux avant de rentrer chez lui.
Le reste du temps de Fallen fut pris par son entrainement d'assassin et d’espionne. Les années passèrent et Fallen put enfin travailler seul, son maitre l'ayant laissé faire ce qu'elle voulait une fois son entrainement fini. Trente abns après être devenut une vampiresse, Fallen appris que son maitre avait été tué par des loups-garous. Elle se promis de le vanger et se mit à traquer Marcus, qu'elle tenait responsable de cette mort, mais jamais elle ne le trouva. Aujourd'hui elle le cherche encore, et ses pas la firent échouer sur Poudlard.

Épilogue.
Fallen lisa ce que le journaliste avait écrit avant de sourire et de se lever en le remerciant avec un grand sourire.
Merci mon brave, à présent je vais pouvoir arpenter Poudlard et ses environs sans que personnes ne me demande sans arrêts qui je suis, à part ceux qui ne lisent pas le journal.
Le journaliste acquiesça et regarda Fallen sortit avant de sortit un mouchoir de sa poche pour essayer son visage ruisselant de sueur. Il était heureux d'être encore en vie.


Autre : Voila, ce fut long mais il fallait bien que j'arrive à décrire l'ambiance du fofo ou se trouvait Fallen, j'ai juste zappé les templiers, pourfendeurs de monstres en tous genres.
Revenir en haut Aller en bas

Présentation Fallen [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1