Devenez élève à Poudlard, et choisissez dans quel camp vous allez combattre
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Asato, dix ans, ça vous change

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
Infos de base
Fiche RPG

MessageSujet: Asato, dix ans, ça vous change Mar 28 Aoû - 18:48

Un petit garçon courait sur le pont du bâteau, il était basané, avait des cheveux noirs coupés au carré et des yeux verts émeraudes, bordés de longs cils noirs. Il devait avoir quatre ans et demin plus ou moins, même si il était grand pour son âge. Il riait tandis que le pont tanguait sous ses pieds, l'amusant au plus haut point, tandis qu'un homme, la copie exact de l'enfant, mais sans les longs cils noirs et avec des mèches blanches dans le cheveux, surveillait l'enfant, appuyé sur le bastinguage. Il regardait l'enfant avec tout l'amour d'un père pour son enfant dans les yeux, mais aussi avec la fureur et la protection d'une mère.
S'était une belle journée, le soleil brillait et il faisait bon. La bateau était partie du port d'Alexandrie depuis une semaine et dans quelques heures ils seraient à Londres, pour prendre un second bateau pour l'Ecosse et ensuite un train pour le village le plus proche de Prés-Au-Lard, ils devraient ensuite marcher, enfin Asato devrait marcher, son fils serrait perché sur ses épaules.
Asato appella son fils et ils descendirent manger dans la salle à manger du bateau, la petit garçon tenant la main de son père en sautillant à ses côtés. Au fait, vous devez vous demander ou se trouve sa mère? Elle est morte, dans l'incendie de leur maison, pour protéger la petit dernière, morte à cause des fumées. Donc il ne reste plus que son fils à Asato, qui le couve, comme une caille couve ses petits. Le petit garçon regarda son père et lui demanda.
On va manger quoi papa?
Je ne sais pas mon chaton, on verra bien ce qu'il y a à manger dans la salle à manger
D'accord, j'espère que se serra bon.
Ils entrèrent dans la salle à manger et se dirigèrent vers un coin du mur ou le menu était accroché. Asato regarda le menu adulte avant de regarder le menu enfant, des frites avec des tomates sauce bolognaise. Comme légumes il y avait des petits pois et carottes et pour le desert s'était des friscos. Pour les adultes s'était des frites avec un steak parisien avec des hépinards à la crème. Comme dessert il y avait une macédoine de fruits. Pas le repas préfèré d'Asato mais il s'en contenterait. Le père et le fils allèrent rejoindre la fille et Asato prit deux assiettes en confiant les sets de tables et les couverts en disant à son fils de faire attention avec les couteaux. Il demanda un menu enfant et un menu adulte avant d'aller s'assoir avec son fils à une table contre un hublot. Le père et le fils mangèrent en silence et quand ils eurent fini, ils remontèren sur le pont pour profiter des dernières lueurs du jour. Quand le jour baissa et que son fils commença à bailler à s'en décrocher la machoire, ils retournèrent en cabine pour dormir. Asato borda son fils dans son lit, tout fière dans son petit pyjamas Cars, avant d'éteindre la lampe et d'aller s'assoir sur une chaise, un album photos en mains, les yeux dans le vague et des larmes perlants au coin de ses yeux. Cette album contenait toute sa vie avec sa famille, avant qu'elle ne soit séparé par la mort. Il 'ouvrit et tomba sur la première photo, celle de son mariage avec sa femme, la suivante était celle de la maternité, le jour de la naissance de leur fils, l'un des plus beau jour de sa vie. Les suivantes étaient du même accabis.
Complètement déprimé, il alla remettre l'album photos dans le petit sac de son fils, un sac à l'effigie de, pour ne pas changer, Cars, quand soudain le bateau se mit à tangueur violemment. La sac à la main Asato se figea et écouta attentivement les bruits, quand retentit une alarme, suivie de la voix du capitaine du bateau, qui aaonçait que le beateau avait touché quelque chose et qu'il fallait évacuer, dans le calme, que tous le monde serraient sauvés et tout le reste. Le sac toujours à la main, Asato alla réveiller son fils, fourra des vêtements dans le sac Cars avant de prendre son garçon encore endormie dans ses bras. Il lui mit un gilet de sauvetage, ainsi qu'à lui, avant de quitter la cabine, son fils toujours dan ses bras. Il suivirent la colone de voyageurs en direction du pont, sous la direction d'un matelot, quand soudain une explosion se fit entendre. Les gens se figèrent un moment quand se fut la débandade, chacun pour soient les gens fuyaient vers le pont, bousculant Asato et son fils. Les yeux d'Asato passèrent du vert émeraude au bleu glacier et il débarqua enfin sur le pont, quand une seconde explosion se fit entendre, dysloquant le bateau en deux. Des voyageurs furent propulsés dans l'eau, ainis qu'Asato et son fils. Le gilet de sauvetage fit son travail et ils remontèrent tous à la surface, enfin ceux qui avaient mis leur gilet de sauvetage. Asato chercha son fils des yeux mais il y avaient trop de mondes autour de lui. Il cria aprèset une petit voix lui répndit, non loin de lui. Asato se dirigea vers sa droite et agrippa son fils, le serrant fort contre lui en disant.
[colorred]Je suis la mon chaton, je suis la.[/color]
Le petit garçon serra très fort son père avant de se mettre à pleurer à chaudes larmes en criant.
J'ai peur!
Tout va bien mon chaton, tout va bien. Des gens vont venir nous chercher, ne t'en fait pas. Tout vas bien se passer.
Lui-même n'y croyait pas, mais il devait rassurer son fils. Asato regarda autour de lui, cherchant une île des yeux. Il reconnaissait le coin comme les côtes de l'Ecosse, le bateau avait dut dériver en chemin sans que le capitaine ne le remarque.
L'eau commençait à se faire froide et les dents de son fils claquaient de froids, ses lèvres devenaient bleu. Voyant qu'aucunes chaloupes n'étaient mises à la mer, après tout elles étaient dans le centre de l'explosion, Asato prit la décision de nager jusqu'à la terre ferme. Il regarda son fils et lui dit.
Ecoute moi Rami, nous allons nager jusqu'à la côte et je vais te porter sur mon dos. Nous allons nous éloigner pour que je me transforme en tigre, ça ira plus vite et le tigre nage mieux que l'humain, d'accord?
Rami hocha la tête et Asato dit.
Bien.
Asato retira son gilet de sauvetage avant de nager loin des autre et une fois assez loin, il prit une apparence de tigre, son fils installé sur son dos à califourchons, et il se mit à nager en économisant ses forces, vers la terre ferme. Il atteignit la terra ferme au milieu de la nuit et il profita de l'obscurité pour aller se cacher dans les bois. Il laissa son fils descendre avant de se secouer. Il redevint humain, retira le pyjamas de son fils avant de redevenir un tigre de Sybérie.
Asato se coucha, son fils contre lui profitant de sa chaleur et il monta la garde toute la nuit, surveillant surtout son fils pour qu'il ait bien chaud. Le matin, il reprit forme humaine, alla pendre les affaires mouillés de son fils qui se trouvait dans le sac et il attendit le réveille de celui-ci. Ce fut vers 10h00-10h30 que son fils se réveilla, ses affaires étaient sèches et Asato put l'habiller. Il lui donna des biscuits qui avaient connus meilleurs jours, rangea le pyjamas de son fils dans le sac Cars et il reprit forme d'un tigre pour continuer leur chemin, tant qu'ils avaient le couvert des arbres. Ils voyagèrent tous le jours et à la tombée de la nuit, Asato chassea un lapin, alluma un feu et nourrit son fils, dans deux jours à cette allures ils seraient à Poudlard. Pour dormir Asato, redevint un tigre et il dormit avec son fils, le réchauffeant de sa chaleur. Au beau milieu de la nuit, Asato entendit du bruit et il se redressa, grondant. Rami le regarda avant de dire.
Papa?
Asato regarda son fils, le prit délicatement entre ses crocs et le cacha dans une souche d'arbre. Il redevint humain et lui dit.
Tu n'es pas loin de Prés-Au-Lard, si je ne suis pas de retour dasn une heure va vers la-bas et continue tout droit, tu arrivera à Prés-Au-Lard, je viendrais t'y rejoindre. D'accord?
Remi hocha la tête et Asato lui montra sur sa petit montre, waterproof au passage, l'heure à laquelle il devrait se mettre en route. Ensuite il redevint un tigre et alla voir le bruit. Il trouva la source du bruit en l'honneur de deux gitans, il allait partir quand deux piqures à sa cuisse le fit se retourner, un gitan le pointait avec un fusil à pulsion, deux fléchettes étaient plantés dans la cuisse d'Asato. Il voulut fuir mais ne fit pas deux mettres que le tranquilisant fit de l'effet, il entendit juste.
Notre informateur avait raison, ce tigre de sybérie est énorme, il se vendra une petite fortune dans un cirque ou quoi.
Les gitans attachèrent Asato, me musolèrent, et l'emmenèrent dans leur camion.
Une heure plus tard, Rami regarda son petite montre, prit son sac Cars et il marcha dans la direction que lui avait donnée son père. Il marcha pendant toute la fin de la nuit et la journée. Il arriva à Prés-Au-Lard au soir avant d'attendre son père, assis sur la marche d'une maison.


[L'histoire serra divisée en deux, une partie avec Rami, le fils d'Asato et une partie avec Asato]
Revenir en haut Aller en bas

Asato, dix ans, ça vous change

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1